i'm just an alive walking dead. nothing too fancy.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 i'm just an alive walking dead. nothing too fancy.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Han Yun Hwa
{ADMIN} 02. DEAD END

● Messages : 14
● Inscrit le : 28/04/2013
● Autres comptes ? : song inho (liberty) & park noah (robotics).
● Avatar : lee byung hun/l.joe (teen top).

● Age : 18 ans.
● Métier : je sauve ma peau et c'est déjà bien, merci.



Voir le profil de l'utilisateur http://itsallaboutstory.forumactif.org/t475-you-better-run-cause-i-won-t-carry-you-yunhwa#7019 http://itsallaboutstory.forumactif.org/t466-i-m-just-an-alive-walking-dead-nothing-too-fancy#6825 http://ka-een.tumblr.com
MessageDim 28 Avr - 14:53



Han Yun Hwa
feat. lee byung hun/l.joe from teen top.

Nom - Han.
Prénom - Yun Hwa.

Age - 18 ans.
Lieu de naissance - Gwangju.
Origines - Coréennes.

Taille - 1m68.
Poids - 50 kilos.
Groupe Sanguin - AB.
Langues parlées - Coréen, anglais.



Vie personnelle
All life is an experiment.

« je suis né à gwangju, en corée du sud, le 30 décembre 1994, j’ai donc 18 ans. Ça suffit pour les présentations ? non, très bien. S’il faut que je ponde toute une fiche descriptive.. pourquoi pas. Je ne me souviens pas tellement de ma ville natale, très honnêtement. Mon père est – pardon, était un homme d’affaire comme les autres, bien placé dans la hiérarchie de sa société, nous avons déménagés quelques fois à cause de ses mutations. J’ai d’ailleurs passé une bonne partie de ma vie aux états-unis. Je ne pense pas avoir souffert de quoique ce soit, avoir de quoi me plaindre. La vie est comme elle est, ni plus ni moins. Et tout le monde doit faire avec, moi y compris. »

En effet, le jeune homme n’a aucun souvenir de sa ville natale, et pour cause. Les han quittèrent gwangju peu après son premier anniversaire pour busan, où ils vécurent quelques années et mirent même au monde un deuxième enfant, avant de quitter le pays pour les états-unis, détroit très exactement. Yun Hwa avait alors six ans et ne parlait pas un traître mot d’anglais, chose qu’il apprit fort heureusement rapidement en entrant à l’école, pourtant. Ses parents furent toujours occupés et froids, d’aussi loin qu’il s’en souvienne, que ce soit envers lui ou envers sa petite sœur, de trois ans sa cadette. Le père n’était jamais à la maison, trop occupé par sa société, son petit bijou, comme il l’appelait. Pourtant ce n’était pas le fondateur ou même le patron, mais il s’était tellement investi dans son travail, dans l’agrandissement de leur commerce, qu’il en avait perdu l’esprit de famille. Il avait toujours vécu pour son business, bien plus que pour son mariage ou ses enfants. Il les avait toujours considérés comme des « étapes » à franchir afin de devenir un homme, absolument pas comme un réel accomplissement. Une belle maison, une jolie femme, un chien et deux beaux enfants, un garçon, et une fille. Le tableau parfait. Il n’avait que ça en tête, atteindre la perfection, la réussite. Autant dire que Yun Hwa n’a jamais réellement aimé son père comme un enfant le devrait, il l’aimait, oui, mais petit à petit, en grandissant, il s’en détacha. Quant à sa mère – il ne la comprenait pas. Une femme bien trop gentille, bien trop dévouée et soumise à son mari, qui, quoiqu’il dise, était inlassablement de son côté, sans trop chercher à comprendre. Ils avaient été élevés tous les deux dans un monde fait de traditions et d’idées reçues. Il ne leur a cependant jamais réellement pardonné ce manque d’attention et de considération permanent.

Leur manque de souplesse fut d’ailleurs un énorme problème lorsqu’ils émigrèrent à l’étranger. Yun Hwa voulait être un enfant, puis un adolescent comme les autres, passe-partout. Mais dès que ses parents se montraient aux réunions d’école, ce n’était que pour marquer un peu plus la différence, faire des remarque concernant le système scolaire américain, se plaindre, ou quoique ce soit du même genre. Sa propre mère n’avait jamais appris à parler anglais correctement, jugeant cela comme une perte de temps pour une femme au foyer. Et ce n’était pas là sa seule préoccupation, ses années de collège furent rythmés par les moqueries et les insultes des autres – car oui, les adolescents sont cruels, et partout dans le monde. Yun Hwa est maigrichon, petit, il a mué tard, il n’a jamais développé une carrure très impressionnante, et fut bousculé à mainte reprises pour cette raison, alors qu’il voyait sa sœur devenir populaire, le traiter elle-même de « loser » ou des choses du même genre. Ce qui en fait un garçon très frustré par nature, en colère, peu patient, et susceptible. Il n’aime pas les autres, ne les aimera jamais, et préfèrera toujours faire passer sa tête en premier.

« franchement, je n’aime pas les gens. Si quelqu’un me prouve qu’il est digne de confiance, peut-être que je changerais, mais jusque-ici, personne ne l’a fait. Ils se font des idées sur ce qu’ils voient ou entendent et n’attendent jamais de voir de vrais résultats – comme mes parents. Ils se basent sur des idioties, des détails. J’aime être seul, j’aime me débrouiller et poser mes propres règles, j’aime organiser ma vie tout seul, parce que j’ai compris au fur et à mesure que les autres ne servent à rien, sinon à nous ralentir. »

Ses idées sont très arrêtées, il est intolérant, et il ne se gêne pas pour faire des remarques lorsqu’il est obligé de sociabiliser. Il le fit bien comprendre aux autres à l’école, d’ailleurs, lassé des mauvais traitements qui lui étaient réservés sans que personne ne s’en rende compte. Petit à petit, il se désintéressa de ses cours, de ses notes, des autres personnes, se mit à faire le mur, à fréquenter des gens extérieurs et bien moins fréquentable. Il ne le faisait pas par plaisir, mais plutôt par provocation. Comme pour obtenir enfin l’attention de son père, de sa mère, essayer de former une relation fraternelle avec Hwa Jin, sa sœur, juste – quelque chose. Il voulait sentir quelque chose, ne plus être perdu au milieu d’un monde qui lui paraissait absurde et injuste. Au final, il se fit renvoyer du collège. Et tout ce qu’il avait obtenu de son père fut une correction – une correction assez musclée, même. Et il fut renvoyé dans sa chambre, d’où il n’osa plus sortir pendant quelques jours, excepté pour les besoins urgents. Il savait qu’il n’aurait pas droit qu’à ça comme punition, il venait de décevoir sa famille. Non, de la déshonorer. Le tableau parfait était entaché à présent, par un fils ingrat, égoïste et voyou, comme le disait si bien son père.

Le soir où la sentence tomba, son père était assis au bout de la table, calme. Sa mère, à côté, était plus blanche qu’un linge et n’osait rien dire, ni même le regarder, comme honteuse d’avoir accepté ce compromis. Pourtant, ça ne lui parut pas si terrible, une fois au courant. Ainsi donc, ils avaient décidés de l’envoyer dans un pensionnat strict, où ils lui « apprendrait la vie ». Hwa Jin pouffait de rire, sur le canapé, jusqu’à être obligé de quitter la pièce. Cette petite idiote devait jubiler dans son coin, à présent qu’elle était leur petit prodige, populaire, parfaite, brillante, et jolie qui plus est. Tandis que lui, il n’avait rien d’intéressant. « tu pars pour Séoul demain matin, ton sac est fait, ils te récupèrent là-bas. Et tu ne reviendras ici qu’une fois ta vie prise en main, fils. » fut sa dernière phrase. Il resta choqué – ils l’envoyaient en corée du sud, à l’autre bout de la planète, le pays dont il n’avait que de vieux souvenirs ? Il s’estima heureux de parler coréen avec ses parents, sur le coup. L’adaptation ne serait sûrement pas si difficile, après tout, il était coréen. Mais il ne reverrait plus ses parents avant d’être assez bien pour entrer dans le cadre. C’était ça, au fond. Ils voulaient se débarrasser du problème, ils n’avaient pas compris. Et ce jour-ci, ou plutôt, cette nuit, il décida de rayer le mot « amour » de son vocabulaire personnel.

Il passa ensuite quelques années dans ce pensionnat. Étrangement, il s’y sentait mieux qu’à son ancienne école, que chez lui. Et il ne se gênait pas pour le dire à son père, chaque fois que celui-ci appelait, exagérant. Peut-être qu’au fond, il ne serait jamais assez bien pour la famille Han – il avait un caractère difficile par nature, et il ne voulait pas changer. C’est sûrement la raison pour laquelle il ne retourna jamais chez lui. Ses parents vinrent le voir, pourtant, deux fois. Hwa Jin semblait s’être également décidée pour intégrer un lycée coréen, mais il ne la revit pas, même en sachant qu’elle était dans le même pays. Il s’en fichait, au fond. Ils s’en fichaient tous. Ils avaient leur vie désormais, et cette vie se faisait maintenant sans Yun Hwa de leur côté, et sans eux pour sa part.


Dead end
Courage is resistance to fear, not absence of fear.

Lorsque l’invasion commença, il ne comprit pas tout de suite. Un matin, il s’était levé pour voir des corps sanglants dans les couloirs. Puis avançant, terrorisé, il les vit de loin – des morts-vivants. Ils avaient pénétrés dans les maisons, dans les écoles, partout. Il ne savait pas d’où c’était parti, mais à présent, il devait s’en sortir. Heureusement, eux ne l’avait pas vu, et il eut le temps de prendre son sac et quelques vêtements, à la va-vite. Ironiquement, c’est son petit gabarit qui lui permit de survivre. Il s’était faufilé dans les conduits d’aération, retenant des larmes de terreur et essayant surtout de ne pas faire de bruit. Lorsque celle-ci céda sous son poids, parce que ça devait bien arriver, il se retrouva dans les cuisines du pensionnat, désertes, par magie. Le peu de place qu’il avait dans son sac fut rempli par de la nourriture, des conserves, du pain, tout ce qu’il avait trouvé qui n’était pas périssable, ou pouvait durer longtemps. Il avait toujours été réactif, vif d’esprit, et il avait compris à la seconde où il les avait vu – il devait maintenant partir, le plus loin possible, dans un endroit qui n’était pas encore infesté, un endroit où il n’y avait personne. Il attrapa également un couteau de cuisine, le plus tranchant qu’il avait trouvé. Et furtivement, il s’était enfuit. Il avait couru et couru, attirant l’attention de certains, puis les semant ensuite dans ce qui semblait être un bois en s’éloignant de la ville. Il ne devait pas rester en ville, c’était dangereux.

Son couteau ne lui a pour le moment servi qu’une seule fois comme une arme. Il est capable de tuer – mais il n’a pas la force nécessaire pour faire face à une horde, et surtout, pas l’arme la plus efficace. Il n’a tué qu’un seul putride, celui-ci l’avait surpris au lever du jour. Et sans réfléchir, son premier réflexe fut d’attraper l’arme de frapper, encore, et encore. Jusqu’à ce que le corps en putréfaction s’écroule sur lui. Il reste traumatisé par cette expérience, et s’efforce désormais de toujours dormir d’un seul œil ou en hauteur.

Il n’est pas doué pour se battre, mais il est malin, il peut se sortir de beaucoup de situations par la ruse. Il est silencieux, et il peut se faufiler à peu près partout, par conséquent, il trouve assez souvent des choses utiles. Malgré sa taille, il court vite, et peut fuir rapidement. Il a survécu en se cachant, pour la plus grande partie. Et il compte continuer à « éviter » les confrontations, le plus possible, que ce soit avec les morts, ou avec les vivants.


Libre parole
take it easy.

ouais, je sais, je tc, c'est pas bien mais la tentation était trop forte surtout que j'ai réservé l.joe il y a ouh.. des années lumières. donc, le voilà !


Aide nous avec le bottin !

Code:
<avatars>● <pr>lee byung hun/l.joe (teen top)</pr> - han yun hwa</avatars>

avatar
Strauss Ricky
03. LIBERTY

● Messages : 205
● Inscrit le : 14/03/2013
● Avatar : Bang Min Su (Teen Top)

● Age : 20 ans
● Métier : ...


Voir le profil de l'utilisateur http://itsallaboutstory.forumactif.org/t454-strauss-ricky-we-only-make-peace-with-our-ennemies-that-s-why-it-s-called-making-peace http://itsallaboutstory.forumactif.org/t145-strauss-ricky-ombre-et-lumiere
MessageDim 28 Avr - 15:17

Prem's !
Bienvenu ! j'ai rien a dire de plus a part : Waouh ! Tellement mignon qu'on en mangerait XD

(Ps : un autre Teen Top *-*)

avatar
Lee Joo Chan
02. DEAD END

● Messages : 26
● Inscrit le : 11/04/2013
● Autres comptes ? : kang hunter et lee cheol soo
● Avatar : Kim Ki Bum



Voir le profil de l'utilisateur http://itsallaboutstory.forumactif.org/ http://itsallaboutstory.forumactif.org/
MessageDim 28 Avr - 16:59

*pousse ricky* ouh. je t'avais pas vu.
*fixe yun hwa* bienvenue. *repart comme une princesse*

avatar
Im Jae Ho
{MODO} 03. LIBERTY

● Messages : 72
● Inscrit le : 23/04/2013
● Autres comptes ? : Choi Ha Neul
● Avatar : Sehun (EXO-K)

● Age : 20 ans

Voir le profil de l'utilisateur http://itsallaboutstory.forumactif.org/ http://itsallaboutstory.forumactif.org/
MessageDim 28 Avr - 21:21

céder au tc pour l.joe est compréhensible uwu.
l.joe te fais douter pour tout . _ . *beam* rebienvenue ♥
et accessoirement, bon courage pour ta fiche ~

avatar
Han Yun Hwa
{ADMIN} 02. DEAD END

● Messages : 14
● Inscrit le : 28/04/2013
● Autres comptes ? : song inho (liberty) & park noah (robotics).
● Avatar : lee byung hun/l.joe (teen top).

● Age : 18 ans.
● Métier : je sauve ma peau et c'est déjà bien, merci.



Voir le profil de l'utilisateur http://itsallaboutstory.forumactif.org/t475-you-better-run-cause-i-won-t-carry-you-yunhwa#7019 http://itsallaboutstory.forumactif.org/t466-i-m-just-an-alive-walking-dead-nothing-too-fancy#6825 http://ka-een.tumblr.com
MessageDim 28 Avr - 23:21

EEEEEEEEEET j'ai fini, oui ce fut rapide je sais.

merci a tous anyway ♥ et oui t_t joe m'a poussé dans mes retranchements. j'avais une idée précise de quoi en faire, alors, forcément..

Contenu sponsorisé



Message


 

i'm just an alive walking dead. nothing too fancy.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
it's all about story. :: Hors Jeu :: Présentations :: 02. Dead End :: Fiches validées-