Stops falling, it's scary.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Stops falling, it's scary.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Im Ho Joo
02. DEAD END

● Messages : 25
● Inscrit le : 17/06/2013
● Autres comptes ? : la russe de liberty.
● Avatar : Do Kyung Soo ( exo-k )

● Age : 19 y.o
● Métier : ex-pâtissier.



Voir le profil de l'utilisateur http://itsallaboutstory.forumactif.org/ http://itsallaboutstory.forumactif.org/
MessageMer 19 Juin - 8:53

Je me recroquevillais au fond de la salle, prenant la petite entre mes bras. J'étais à ce moment tout seul et ça m'effrayait plus que tout. Il m'arrivait de me bannir d'être un boulet et de ne pas pouvoir suivre les autres en quête de vivres, mais c'était ainsi et on ne pouvait pas vraiment changer les règles du jeu. Je ne devais pas laisser la fatigue reprendre le dessus sur mon corps, il fallait que je veille sur l'enfant, c'était la seule chose qui importait réellement. Je ne servais pas à grand chose, mais si je pouvais au moins faire ça.. Et de toute manière si je m'endors maintenant quel serait le pourcentage de risque qu'on ne retrouve pas un hoo joo vivant dans la piaule ? Grand, il serait grand. Il n'y avait plus un bruit dans la pièce, simplement le silence, un silence sourd et qui me mettait mal à l'aise. Parfois j'entendais quelques gémissements venant des lèvres de la petite fille, qui devait être tout autant fatiguée que moi. C'est à ce genre de moment où j'aimerais chanter, comme dans les films, pour faire genre, mais ce n'attirerait que plus les zombies alors je devais vite chasser ce genre d'idées foireuses.

C'est alors qu'un bruit sourd me sortit de mon état mi-comateux. En une fraction de seconde je me relevai, réveillant ainsi la gamine que j'avais fait tomber. J'attrapa sur la table les couteaux de cuisine que j'avais laissé traîné et en frotta l'un sur l'autre pour les rendre plus coupants. J'avançais doucement sur ce qu'on pourrait appeler une sorte d'escalier. Le bruit avait commencé là, et depuis j'en avais plus vraiment entendu. " Qui....qui est là ? ". J'attendis une minute sans bouger dans l'espoir que quelqu'un lève sa voix pour me répondre, mais il n'y avait rien. Je grognais alors en le remarquant et continuai de marcher, très lentement, mes couteaux devant moi, avant de tomber sur une silhouette humaine. Enfin qui en avait tout l'air, pas de chaire en décomposition, pas de sang qui coulait de ses lèvres, juste l'air mal en point ( si c'est comme ça qu'on puisse le dire. ) Je posai mon couteau sur le sol, à quelques centimètres de moi ( au cas où que c'est un mort intelligent ) et glissai mes doigt dans ses cheveux. " Tu vis ? "

avatar
Bang Jae Min
02. DEAD END

● Messages : 12
● Inscrit le : 06/06/2013
● Autres comptes ? : non.
● Avatar : kim jong in - kai (exo)

● Age : 20.


Voir le profil de l'utilisateur http://itsallaboutstory.forumactif.org/ http://itsallaboutstory.forumactif.org/
MessageJeu 20 Juin - 12:46

Ils étaient tous là, à quelques mètres, devant. Son groupe, sa nouvelle famille - chaque membre était aussi unique que le suivant et jaemin s'efforçait de les protéger au maximum, tous les jours, quitte à ne pas fermer l’œil une heure sur deux pendant la nuit. il finissait par être vraiment très fatigué, épuisé de toujours devoir être aux aguets. Mais il était impossible pour lui, voire pour toutes les personnes encore en vie sur cette terre, de lâcher du leste : il ne pouvait pas, j'utilise bien le verbe pouvoir, oui, s'en remettre aux autres pour qu'ils se protègent eux-mêmes. Non, il fallait que ce soit lui, il ne pouvait pas être rassuré sinon, c'était ainsi. Lâchant un faible soupir, le brun remonta la bretelle de son vieux sac, que trop abîmé par son long voyage, sur son épaule. La famille. Chose pour laquelle il avait toujours tout donné. Son attention, ses gestes tendres, sa confiance, son amour, tout. Il s'y était jeté à cœur perdu, ne retenant jamais le moindre élan d'affection envers sa mère ou ses sœurs - et même son père, les rares fois où il avait pu le voir. On ne sait jamais de quoi sera fait demain, et ça il l'avait toujours su - peut-être même qu'il le savait depuis sa naissance, inconsciemment. Cela expliquerait l'ampleur de ses investissements. Pouvez-vous imaginer, un seul instant, le cauchemar qu'il a vécu lors de l'invasion ? Outre le fait que des saloperies dégueulasses et assoiffées de sang s'étaient incrustées dans sa vie, le mettant en danger, il avait assisté à la mort de toutes les femmes qui trônaient au plus profond de son cœur - ses cadettes et sa mère. Il était rentré en catastrophe après les nouvelles alarmantes, détalant comme un lapin à travers les foules, espérant éviter toutes les personnes infectées pour retrouver au plus tôt les siens. Par chance, les filles étaient toutes là, confinées dans l’appartement, paniquées. Mais la génitrice, elle, en revanche, n'était toujours pas revenue des courses. Déchiré, jaemin s'était retrouvé avec un problème cornélien dans les mains : prendre le risque de laisser ses sœurs ici le temps d'aller récupérer sa mère en espérant qu'il ne lui était rien arrivé, ou rester ici et attendre qu'elle revienne ? Tiraillé, il avait finalement opté pour la recherche. Et, c'est après avoir barricadé ses cadettes et attrapé une batte de baseball qu'il avait finalement quitté le cocon familial à la recherche de la précieuse maîtresse des lieux.

Le supermarché avait été un des premiers endroits envahis par les zombies. Et, comme c'était plus ou moins à prévoir, 3/4 des personnes se trouvant à l'intérieur n'avaient plus leurs deux jambes ou leurs deux bras. De nombreux corps gisaient par terre, déchiquetés comme de vulgaires steaks. Jaemin avait porté sa main à sa bouche, l'envie de vomir relativement pressante. Il n'y croyait toujours pas. Comment était-ce possible ? Cela n'arrivait que dans les films, bordel de merde. Ce ne fut qu'après quelques minutes de recherches, et de cache-cache avec un mort-vivant ou deux qu'il était finalement tombé sur la carcasse de sa mère, dépourvue d'yeux. Tout s'était brisé en un instant ; ses espoirs, son cœur, sa vie. Impossible, tout ça était impossible. Il avait dû retenir ses sanglots pour n'alerter aucune de ces pourritures, se contentant de pleurer silencieusement, la gorge serrée. Il aurait aimé prendre le corps pour l'enterrer mais les risques d'une future transformation étaient sans doute nombreux et il n'y connaissait rien. Il l'avait donc abandonnée, dans tous les sens du terme ; que voulez-vous ?  Il ne pouvait s'empêcher de se sentir coupable. Il était con, il aurait dû venir ici en premier lieu, ou, au moins, ne pas hésiter aussi longtemps. Mais c'était trop tard. Tard, mot qui pullulait dans son esprit, le plongeant dans un profond dégoût de lui-même - et une violente dépression par la même occasion. Il était retourné chez lui, un peu plus tard, après avoir encaissé le choc. Il se devait maintenant de protéger ses sœurs, de sa vie. La première nuit avait été assez bruyante à cause des tueries dans les rues, mais la seconde, elle, avait été plus calme. En revanche, l'orage à l'intérieur de jaemin ne s'était pas calmé - mais il le contenait, aussi longtemps que possible. Il ne pouvait pas dire aux petites que leur maman était morte, alors il les laissait croire qu'elle était occupée et qu'elle reviendrait un peu plus tard. Malheureusement, ou heureusement pour sa conscience torturée, les mensonges devinrent inutiles le jour d'après. Une fenêtre avait été pétée et une créature, différente des autres, était parvenue à décimer toute vie se trouvant dans le coin. Sauf lui. Sauvé par un vieux réflexe.

Un nouveau soupir s'échappa de ses lèvres alors qu'il pensait toujours suivre son groupe, ce dernier s'étant bien trop éloigné alors que, lui, s'était perdu dans ses souvenirs douloureux. Ce ne fut qu'au bout de quelques minutes qu'il constata qu'il les avait perdus de vue, dans les canalisations. "merde." souffla t-il, balayant l'endroit du regard. Devant, derrière, sur les côtés, en haut, en bas. Il était seul. Jaemin tendit alors l'oreille, tentant de percevoir le moindre petit son qui lui indiquerait que ses camarades n'étaient pas très loin. Comment avait-il pu réussir à se mettre dans une telle situation ? Derechef, il sortit son magnum de son pantalon, le serrant fortement dans ses mains. Il devait rester sur ses gardes, qui sait ce qui pouvait arriver maintenant que plus personne n'avait d'oeil sur lui. Mais quel con, je vous jure. Si ça se trouve, son groupe était encore en surface et il avait emprunté les canalisations sans s'en rendre compte. D'ailleurs, ça ne pouvait qu'être ça. Jamais, ô grand jamais, ils l'auraient laissé derrière. C'était forcément de sa faute. Un bruit inquiétant se fit entendre derrière lui. Qu'est-ce que c'était ? Sûrement pas la petite souris. Déglutissant silencieusement, essayant de se faire le plus silencieux possible, le coréen frôlait les murs, faisant particulièrement attention à pas mettre un pied dans l'eau ou à ne pas glisser. Okay, tout allait bien, il allait s'en sortir. Il suffisait juste qu'il reste aussi invisible qu'il ne l'était et qu'il trouve une échelle pour se barrer vite fait de là. Mais si la chance était toujours été de son côté, ça se saurait ; donc, évidemment, une saloperie de bestiole sortit de l'ombre, gambadant vers lui. Premier réflexe, la balle dans la tête, le meilleur ! Et le plus efficace. Si seulement le coup de feu n'avait alerté personne dans les environs... mais voilà qu'une dizaine d'autres pourritures ambulantes fonçaient vers lui. Ni une ni deux, il se mit à courir, espérant qu'au bout de quelques mètres elles lui foutraient la paix - et qu'au contraire il ne se retrouverait pas avec une horde entière au cul. Il prit plusieurs directions différentes avant de finalement emprunter un escalier métallique qui menait on-ne-sait-où. Dans un élan de panique, parce que cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas retrouvé seul, il se prit les pieds dans une marche et se retrouva face contre terre, un peu plus bas.

Plusieurs siècles avaient dû s'écouler depuis que sa tête avait heurté le sol. Il n'avait plus la notion du temps, complètement sonné ce qui, d'un côté, ou du moins dans le fond, était agréable. Il ne pensait plus à rien, les yeux entre-ouverts et la vision floutée. Et la main qu'il sentit se perdre dans ses cheveux n'y changea absolument rien. Qu'est-ce que, hein, quoi ? Il bougea sa tête d'un millimètre à peine, n'ayant même pas la force, voire l'envie, de capter l'identité de la personne qui était à ses côtés. Un zombie, un survivant ? Le dernier de ses soucis.

 

Stops falling, it's scary.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
it's all about story. :: 02. Dead End :: Seoul :: Souterrains-